Ne vous contentez pas de moins pour être en couple au plus vite. Mieux vaut être célibataire à la Saint-Valentin.

Ne vous contentez pas de moins pour être en couple au plus vite. Mieux vaut être célibataire à la Saint-Valentin.

150 150 Paradigm PR

zoosk-logo

Un sondage Zoosk révèle que le compte à rebours est commencé pour de nombreux célibataires canadiens qui espèrent trouver l’âme sœur avant le 14 février

 

TORONTO (31 janvier 2012) – Les célibataires canadiens espèrent que 2012 sera l’année où ils amorceront une relation amoureuse (69 %) et nombre d’entre eux se sont donné un échéancier serré pour y arriver. La moitié d’entre eux (54 % des hommes et 50 % des femmes) espèrent avoir trouvé l’être cher à la Saint-Valentin, et comme il ne reste que deux semaines avant le jour, ils prennent les mesures qu’il faut.

« Notre site est extrêmement visité au mois de janvier et je crois que c’est parce que les gens veulent éviter d’être seuls à la Saint-Valentin, comme l’a révélé notre sondage », indique Jane Barrett, directrice du marketing du réseau social romantique Zoosk.com. Bien qu’elle dise qu’il est important d’accepter de nombreux rendez-vous lorsqu’on est à la recherche d’un compagnon ou d’une compagne, Mme Barrett met les célibataires en garde contre les échéanciers; « la moitié du plaisir de trouver la perle rare vient du fait qu’on l’a soigneusement cherchée! En fait, vous vous dupez vous-même si vous vous lancez les yeux fermés dans une relation. N’oubliez pas : le 14 février n’est qu’un jour comme les autres. »

Par contre, certains canadiens ne ressentent pas de pression pour trouver un rendez-vous à la Saint-Valentin et indiquent même qu’ils prennent une pause de rencontres jusqu’après cette date (24 % des hommes et 19 % des femmes). Nombre d’entre eux affirment d’ailleurs qu’ils changeront de stratégie de rencontre lorsqu’ils retourneront sur le marché des célibataires.

Nouvelles stratégies de rencontre en 2012

Plus de 60 % des répondants espèrent augmenter le nombre de rencontres qu’ils feront en 2012 et améliorer leur approche cette année.

Près de la moitié des hommes canadiens ont indiqué qu’ils seront plus proactifs et provoqueront une rencontre lorsqu’une personne les intéresse (43 %). Ils doivent cependant se préparer à vivre quelques rejets, car les canadiennes ont répondu dans la plus grande proportion qu’elles changeront leur approche pour être plus sélectives dans leur choix de candidat (30 %).

« Comme les canadiens ont décidé de prendre davantage l’initiative en 2012, mon conseil aux canadiennes serait de ne pas être exagérément sélectives », indique Mme Barrett. « Évidemment, les personnes qu’on rencontre ne sont pas toutes faites pour nous, mais si on les repousse trop vite, on risque de passer à côté d’une relation vraiment spéciale. »

Étant donné que les canadiennes élèvent leurs attentes, il est bien d’apprendre que 11 % des hommes ont l’intention de faire plus attention à leur image et de mieux s’habiller ou de mettre à jour leur profil de rencontre plus fréquemment.

À propos du sondage sur les résolutions en matière de relations de Zoosk
Les données sont fondées sur les réponses recueillies auprès de 300 célibataires canadiens dans le cadre d’un sondage en ligne réalisé sur le site Zoosk.com entre le 15 décembre 2011 et le 3 janvier 2012.  

À propos de Zoosk
Zoosk est un réseau social romantique. Chaque mois, des millions de célibataires des quatre coins de la planète utilisent ses services. Zoosk offre une expérience amusante de socialisation et de rencontres en ligne accessible à partir de son site Web, d’applications de réseautage social, de services mobiles et d’une application bureautique à télécharger. Zoosk est offert dans 25 langues et compte des abonnés dans plus de 70 pays. Ce service permet aux utilisateurs de s’inscrire, de naviguer et d’envoyer un nombre illimité de messages gratuitement. Les utilisateurs de Zoosk peuvent passer à un abonnement de niveau supérieur pour un accès complet ou se procurer de la monnaie virtuelle pour acheter certaines fonctions et des cadeaux virtuels. Fondée en 2007 par Shayan Zadeh et Alex Mehr, l’entreprise est établie à San Francisco et est commanditée par Canaan Partners, Bessemer Venture Partners et ATA Ventures.